En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal MAB CEFS Réintroduction du bouquetin des Pyrénées

Accueil

METHODES

Observation comportementale :

De nombreuses données comportementales ne peuvent être obtenues que par l’observation directe des animaux. En nature, les observations directes sont réalisées en utilisant des jumelles et/ou des longues-vues. En conditions expérimentales, on peut observer les animaux de près, mais il peut aussi être utile, pour ne pas influer sur leur comportement, de les observer aux jumelles, dissimulé dans un poste d’observation.
Selon qu’on s’intéresse à de grandes catégories ou à des comportements précis, à des groupes entiers ou à des individus particuliers, selon que ces comportements sont rares et/ou fugaces ou au contraire durables, selon qu’on souhaite estimer leurs fréquences d’apparition, le temps qu’un animal y consacre ou encore la façon dont ils s’enchaînent, on les note simplement sur des fiches ou on les enregistre au moyen d’un dictaphone ou d’un caméscope. Il existe plusieurs méthodes d’échantillonnage des comportements, qui permettent chacune de répondre à certains types de questions (Altman 1974). Le choix d’une méthode adaptée à la question posée est donc primordial.
On utilise également des moyens indirects d’observation, comme les pièges-photographiques, qui permettent de voir les animaux dans des conditions de visibilité mauvaises ou nulles (milieux forestiers, nuit). La programmation des pièges (prises de vue à intervalles réguliers, déclenchées par un détecteur de mouvement, etc...) est assimilable à une méthode d’échantillonnage des comportements.
Ces observations comportementales, directes ou indirectes, sont utilisées dans les études sur la personnalité des chevreuils (en nature et en conditions expérimentales), leurs interactions sociales, leurs choix de consommation en situation contrôlées, leurs comportements vis-à-vis de plants forestiers, etc...

Système d'Information Géographique (SIG) :

C'est un système d'information conçu pour recueillir, stocker, traiter, analyser, gérer et présenter tous les types de données spatiales et géographiques. L’acronyme SIG est parfois utilisé pour définir les « sciences de l’information géographiques » ou « études sur l’information géospatiales ». Cela se réfère aux carrières ou aux métiers qui travaillent avec des systèmes d’information géographique et dans une plus large mesure avec les disciplines de la géo-informatique ou appelées géomatique. Ce que l’on peut observer au-delà du simple concept de SIG a trait aux données de l’infrastructure spatiale.

Télémétrie :

Procédé technique permettant de mesurer la distance d'un objet lointain par utilisation d'éléments optiques, acoustiques ou radioélectriques (un télémètre laser, par exemple).

Capture-marquage-recapture (CMR) :

Méthode d'inférence statistique couramment utilisée en écologie pour estimer la taille d'une population animale.
Cette méthode ou des méthodes proches portent d'autres noms, comme marquage-recapture, observation-réobservation, méthode de Petersen ou méthode Lincoln-Petersen. Elle complète ou remplace d'autres approches dont le suivi de population par Indice kilométrique d'abondance (I.K.A.) (nombre moyen d'individus d'une espèce observés par kilomètre au cours de circuits réguliers généralement effectués à pied, à l’aube ou au crépuscule)

Parasite et vecteur :

Génétique :

Régime alimentaire :