En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Bienvenue sur le site Agir INP Toulouse logo membre Labex SMS Institut de convergence #Digitag Institut Carnot Plant2Pro

UMR AGIR AGroécologie, Innovations et TeRritoires

Marie-Benoît Magrini

Photo de M.B.Magrini
© M.B. Magrini
Economiste à l'INRA

Coordonnées

Marie-Benoît Magrini
INRA, UMR1248 AGIR, équipe Odycée
BP 52627
F- 31326 Castanet-Tolosan Cedex
Tel. : 05 61 28 54 22
Courriel : marie-benoit.magrini[at]inra.fr

Je suis Ingénieur de Recherche en économie du Département SAD (Sciences pour l’Action et le Développement) de l’INRA depuis 2007.

Le thème principal de mes recherches porte sur les processus de changement et d’innovations dans les filières agro-industrielles, combinant deux approches : méso-économique (1) et micro-économique (2).

Ces travaux s’inscrivent dans le schéma stratégique du département SAD au regard des différentes approches socio-économiques mobilisables dans la compréhension des mécanismes d’innovation et de transition, nécessitant une vision systémique et territorialisée des acteurs et une compréhension des changements globaux.

 (1) Les analyses d’ordre méso-économique de l’innovation et du changement

 S’inscrivent principalement dans des analyses de filières (études de cas qualitatives, accompagnées de croisements statistiques). Je m’intéresse plus particulièrement à l’organisation d’une filière (ses différents maillons qui la composent et leurs modes de coordination) pour éclairer les processus d’innovations qui orientent la trajectoire technologique d’une filière. Il est particulièrement intéressant de comprendre quels sont les leviers et les freins, d’ordre organisationnel, dans l’orientation des systèmes productifs vers plus de durabilité. La combinaison d’une approche par les acteurs et les technologies, amène à traiter plus largement des systèmes socio-techniques qui structurent les secteurs d’activité agricoles et agro-alimentaires, selon l’un des cadres scientifiques du SAD qu’est l’approche multi-niveaux des transitions.

 Plus largement, les courants de la littérature mobilisés sont les théories évolutionnistes de l’innovation et d’analyse du verrouillage, l’économie des organisations dans une approche néo-institutionnelle. Au cours des deux dernières années, mes travaux ont été ciblés sur différentes études de filières en grandes cultures (en France), avec une attention plus particulière sur les filières des légumineuses à graines (plus particulièrement pois protéagineux, féverole, légumes secs) et oléagineuses (lin oléagineux, tournesol). Ces études sont conduites le plus souvent en interdisciplinarité pour comprendre les dimensions techniques, écologiques, alimentaires, etc. des changements au sein des filières. L’intérêt de conduire plusieurs études de cas est de dégager des enseignements génériques et conceptuels sur les dynamiques d’innovations technologiques et organisationnelles dans les secteurs agro-alimentaires ; d’affiner l’analyse des processus de transition en cours et de donner des éclairages aux acteurs du système (coopératives, ministères, instituts techniques, industriels, etc.) sur ces changements en cours.

 (2) Les analyses plus micro-économiques de l’innovation et des processus de changements

 Les unités d’observation sont les entreprises - de type industrielle ou de type exploitation agricole. En s’appuyant, sur des méthodologies quantitatives relevant de l'appareillage statistique (demande d’habilitation au CNIS) et économétrique (modèles d’estimation de la décision de l’entreprise d’innover ou de changer), ces travaux visent à mettre en évidence un ensemble de déterminants structurels, organisationnels, concurrentiels et spatiaux dans les décisions d’innovation ou de changement des entreprises.

 Au cours des deux dernières années, j’ai travaillé sur trois sujets : (2i) l’analyse du rôle des externalités spatiales (externalités de connaissances) dans l’innovations des entreprises industrielles, dont les industries agro-alimentaires (données des enquêtes CIS et EAE) ; (2ii) les déterminants du choix d’adoption de signes de qualité ou marque propre par les petites coopératives agricoles (données des enquêtes Petites Coopératives) ; (2iii) les déterminants du changement en taille des exploitations agricoles (données du RA et enquêtes Structures).

 Actuellement, je m’intéresse aux données comptables des centres de gestion agricole (CER) pour comprendre les différences de niveau de performance économique des exploitations agricoles.

Dispositifs de recherche

Principaux programmes de recherche en cours :

 LEGITIMES (2014-2018) de l’appel ANR-Agrobiosphère, projet visant la conception de scénarios territoriaux d’assolement en légumineuses, avec trois territoires d’application Bourgogne, Pays-de-Loire, Midi-Pyrénées. Je coordonne la T1 analyse socio-économique sur le verrouillage/déverrouillage des légumineuses.
http://www6.inra.fr/legitimes

 TATA-BOX (2014-2018) de l’appel ANR-Agrobiosphère, projet visant à développer des méthodes et des outils permettant aux acteurs locaux de concevoir une transition agroécologique à l'échelle locale. Je participe à l’accompagnement de coopératives agricoles dans l’adoption de pratiques agricoles innovantes.
http://www6.inra.fr/tatabox

DUR-DUR (2014-2018) de l’appel ANR-Alid, projet sur la conception des innovations technologiques et organisationnelles qui contribueront à la durabilité de la filière blé dur. Je participe aux analyses socio-économiques de ces innovations.
 http://www.qualimediterranee.fr/component/content/article/41-actualites/238-le-projet-dur-dur-selectionne-pour-financement.html

 Contribution à d’autres programmes : LEGATO, TASTE, Sunrise, Labex SMS….

 Membre du groupe Filière « Protéagineux » de l’INRA (ci-dessous)

 Participation au Méta-Programme DID’IT  http://www.didit.inra.fr/ , plus spécifiquement sur l’axe « re-équilibrage protéines animales et végétales » (correspondante SAD pour le groupe de travail légumineuses au sein du MP).

 Participation à la construction d’une école chercheurs INRA-CIRAD sur les transitions (mars 2015)

 Participation au montage des programmes PSDR4

 Veille scientifique également sur :
Sur la diffusion de la  démarche « Bleu-Blanc-Cœur » dans le secteur laitier, en collaboration avec l’association BBC.
Sur expériences de  polyculture-élevage à l’échelle des territoires (co-coordinatrice de l’AXE 2 « Complémentarités et formes organisationnelles d’association entre cultures et élevage à l’échelle des territoires » du RMT Spyce sur la polyculture-élevage agréé en 2014 et co-piloté IDELE-ACTA-INRA)

 Recherches sur les légumineuses :

Membre du groupe Filière « Protéagineux » de l’INRA (http://www6.inra.fr/groupes-filieres/Filieres-Vegetales/Filiere-Proteagineux/) et participation aux différentes animations du groupe :
co-responsable de l’organisation et communication au seminaire 2014 « Les légumineuses à graines en alimentation humaine » ouvert à la profession des filières  https://colloque6.inra.fr/legumineuses_alim_humaine/Actes2 seminaire organisé en partenariat avec le MP DID’IT
communications aux précédents workshops organisés par le groupe.

Participation au  projet d’ouvrage du comité NPC, coordonné par H. Benahmed (Ministère), A. Schneider (UNIP) et C. Huyghe (INRA), à paraître pour 2015 : coordination du chapitre sur les les dimensions socio-économiques des légumineuses ; contributrice au chapitre sur l’alimentation humaine.

 Partenariat avec l’UNIP pour études ponctuelles (notamment, encadrement d’un mémoire de fin d’études par an). Ce partenariat est en cours de redéfinition dans le cadre du rattachement de l’UNIP au CETIOM en 2014.

 Encadrement de la thèse de Célia Cholez en économie (2014-2017) cofinancée ADEME-INRA sur les démarches contractuelles dans les filières légumineuses à graines en France.

Projets de recherche antérieurs récents :

Etude INRA-Depe sur les freins et facteurs  à la diversification des espèces en grandes cultures dans les filières et les exploitations agricoles, commanditée par le MAAP et le MEEDDM et pilotée par JM Meynard et A. Messéan, (2011-2012).

Travaux d’analyse économétrique sur des enquêtes statistiques publiques, notamment sur l’enquête Petites Coopératives 2005, les enquêtes sur l’innovation CIS4, CIS6 et CIS8, les enquêtes Structure des Exploitations Agricoles 2007 et du Recensement Agricole 2000.

Participation aux ANR PerfCom (2008-2012) et MicMac (2010-2013) sur la question de l’acceptabilité des innovations agronomiques par les acteurs des filières agro-industrielles, et plus particulièrement sur l’acceptation des pratiques des cultures associées par les acteurs de la filière blé dur avec notamment un travail ciblé sur la logistique des coopératives.

PSDR3 : coordination d’une étude sur la localisation des sites d’enseignement agricole en Midi-Pyrénées pour la DRAF (2007-2008); participation à la réalisation et à l’analyse d’une enquête inter-régionale (par Internet) sur l’innovation des petites entreprises de l’agro-alimentaire (2009-2011)

Diplômes

Doctorat en sciences économiques, Université Toulouse 1, 2006 (Qualification MCF, CNU Section 5, 2007 & 2012)

DEA en économie mathématique et économétrie 2002, Université Toulouse 1

Agrégation en économie-gestion 2001

Magistère en économie-gestion de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan 2001

Documents à télécharger