En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal Logo ENVT Logo INP-EI purpan Logo UPS-Tlse3

Toxalim

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

Les équipes de recherche

Onze Équipes de Recherche pour des enjeux de santé publique :

Chacune des équipes répond à des thématiques prioritaires des départements Alimentation Humaine (AlimH) et Santé Animale (SA) de notre Institut.

Les champs couverts par les 11 équipes de recherche comprennent :

  • La détermination des niveaux d’impact de xénobiotiques d’intérêt (médicaments, mycotoxines, contaminants de l’alimentation, perturbateurs endocriniens) sur les organismes, par des approches fonctionnelles, génomiques et analytiques (Equipe 1: TIM; Toxicologie Intégrative & Métabolisme);
  • L'étude des effets des faibles doses des contaminants seuls ou en associations, par exemple dans le cas des pesticides; l'identification et la caractérisation de biomarqueurs d'effets ; la mise au point de nouveaux outils de détection en chimie et biologie ; le développement de concepts et outils en mathématique et bioinformatique pour analyser les données issues de la biologie des systèmes (Equipe 2: MeX ; métabolisme des xénobiotiques);
  • L'impact des perturbateurs endocrinien au cours de la gestation (Equipe 3: GPE);
  • L'étude de la physiopathologie et la fonctionnalité de la barrière intestinale (Equipe 4: NGN; Neuro-Gastroentérologie & Nutrition);
  • La caractérisation de la toxicité des mycotoxines produites par certains champignons (Equipe 5: BioToMyc; Biosynthèse & Toxicologie des Mycotoxines)
  • L'étude des transporteurs ABC impliqués dans la résistance aux xénobiotiques, parmi eux les médicaments vétérinaires et de leur expression chez les parasites ou les insectes (Equipe 6: TMR;Transporteurs Membranaires et Résistance)
  • La mise au point de modèles et méthodes pour l'évaluation de la résistance aux antibiotiques (Equipe 7: PPM; Pharmacocinétique, Pharmacodynamie et Modélisation)
  • La génotoxicité et la signalisation intracellulaire (Equipe 8: GS)
  • Comprendre pourquoi la viande rouge peut provoquer le cancer du côlon, et chercher les moyens de prévenir cette toxicité (Equipe 9: PPCA; Prévention et promotion de la cancérogenèse par les aliments);
  • La toxicologie moléculaire et cellulaire des xénobiotiques (Equipe 10: TCMX).
  • Le développement intestinal et les effets immunotoxicologiques des xénobiotiques (perturbateurs endocriniens, nanoparticules...), avec la période périnatale comme fenêtre d'exposition privilégiée (Equipe E11: DIXIT)

Voir aussi